La scène ouverte du RAComptoir au Babel Café

Babel Cafe - logoHier soir, j’ai participé à la scène ouverte du RAComptoir, organisée par le Centre de la chanson au Babel Café, dans le XIème à Paris.

Le Babel Café, c’est un troquet de rencontres artistiques en tout genre, bien connu dans le quartier.

Et la scène ouverte est prisée ! Un peu comme celle de l’Entrepôt dont j’ai raconté mon passage ici. En gros, il faut compter un mois, voire deux, avant d’être programmé. Il y a tellement de demandes que la scène ouverte passe désormais de mensuelle à bi-mensuelle, mais il faut dire que son succès est amplement mérité.

J’arrive vers 20h05, un peu à la bourre je dois dire. J’avais peur car Gilles, l’organisateur, avait menacé de représailles sur poupée vaudou ceux qui ne respecteraient pas les horaires.

Le bar n’est pas très grand mais il y a déjà du monde. Ici ce sont plutôt de grandes tablées pour faciliter les rencontres. Je m’assois aux côtés de Red’Loks du B3Studio (yeah man), dont je fais la connaissance.

Gilles, le présentateur de la soirée (qu’on reconnait bien sur ce dessin) lance le show avec un text slammer sur la femme, très touchant.

Dessin de la scène ouverte du Racomptoir au Babel Café

Et puis il tire au sort le premier à passer, et comme à l’Entrepôt, C’est Bibi – Raph qui est choisi ! Je monte sur scène après avoir vaillamment enlevé mon pull. Il faut dire qu’il fait froid et que la scène est très proche de la porte : que personne ne rentre !

2 chansons par artiste : En tout cas moi j’y pense et 79th and 2nd de mon côté. Le public est très attentif, et participera même aux choeurs à la fin de 79th and 2nd. Le temps de faire la promo de ma date au théâtre de l’Ogresse, et je laisse ma place.

Après moi se sont succédés :

  • Luc Alenvers (je vous laisse trouver le jeu de mot), accompagné de son pianiste : des chansons pince-sans-rire très rigolotes, dont on retient bien les refrains.
  • Red’Loks pour un slam et un morceau reggae sur une instru. Bon flow et pas mal d’humour ! Le seul « poseur » de la soirée !
  • Madame Chat, qui est un homme, et qui nous aura fait chanter ses chansons d’amours malheureux tous ensembles.
  • Melyss, accompagnée de ses deux guitaristes de talent pour de la chanson manouche : une très belle voix, un peu à la Rosemary de Moriarty.
  • Remi : qui nous a raconté 2 rêves en guitare et harmonica.
  • Arnaud Delfy : 2 chansons un peu torturées, et sur la seconde Arnaud invita Laurent de Sweet’Air à l’accompagner alors qu’il ne connaissait pas le morceaux : sympathique prise de risque ! La chanson a eu du mal à trouver une fin par contre…
  • Mirela et Olivier : duo guitare – voix chanson-world pour une reprise et une compo revendicatrice contre les différences culturelles qui nous éloignent. Vaste sujet. Mirela a une jolie voix et une belle présence.
  • Et pour finir, Sweet’Air, venu au grand complet ! Un chanteur, 2 choristes, un guitariste, un bassiste et un percussionniste. Le son est clair malgré une balance faite en 3 minutes. Les voix sont à la fois originales (Juan le chanteur me fait penser à Mano Solo dans le ton) et le tout nous emporte avec douceur. Belle découverte.

Pour clôturer, Gilles, dont l’animation sympa et sans chichis a fait beaucoup pour la soirée, nous a honorés d’une de ses chansons en guitare-voix « Pardon », qui nous a tous bien fait marrer….

Tout cela s’est passé sous le regarde spécialiste Didier Desmas, directeur du Centre de la chanson venu voir les artistes du soir.

Une belle découverte que cette scène ouverte parisienne chaleureuse à souhait qui passe d’emblée dans mes scènes ouvertes préférées ! Ravi d’y avoir participé !

Raph

Luc Alenvers à la scène ouverte du RACOmptoir

Luc Alenvers

Remi à la scène ouverte du RAComptoir

Rémi

 

Sweet'Air à la scène ouverte du RAComptoir

Sweet'Air

La scène ouverte de L’Entrepôt : un lieu, une ambiance

Hier soir j’ai participé à la scène ouverte de L’Entrepôt, un des rares café-concerts du 14ème arrondissement ! L’Entrepôt a une bien jolie salle, grande, dans l’esprit café-théâtre. Le lieu est aussi un très bon resto, et un ciné (pas testé) ! Rare d’avoir de tels lieux à Paris et un vrai plaisir de venir y jouer !

Rendez-vous à 18h30 pour les balances avec l’aide d’Oscar, le régisseur. Les 5 groupes qui vont jouer ce soir se mettent en place et découvrent que la scène est plutôt bien équipée. Tant mieux, ce n’est pas le cas partout !

19h, euh… non… 19h53, Vincent, le présentateur (ben ouais, les scènes ouvertes classes ont des présentateurs….) vient à la rencontre des artistes et cherche avec eux les vannes qu’il pourrait balancer pour les introduire sur scène.

21h30, Vincent me cherche… pour m’annoncer que c’est moi qui vais ouvrir la soirée… Aïe (ouille…) : ok !

21h45, ça commence. Après quelques mots sur mon séjour à New York, le fait que mes chansons parlent beaucoup des faiblesses des hommes, et quelques « Bonne année ! » hurlés dans le micro, Vincent m’accueille sur scène et même s’il a du mal à la quitter (la scène…) il me laisse enfin seul pour 2 chansons : En tout cas moi j’y pense et 79th and 2nd. La salle est pleine, le public est attentif même s’il n’applaudit pas aussi fort qu’au Fieald ! Ils sont sages dans le 14ème…. ;)

Après moi sont se sont succédés :

  • Julie Lesseu (pas sûr de l’orthographe) et Stéphane. Julie au chant, Stéphane à la guitare pour 2 chansons de Michel Rivgauche.
  • Derrière le silence. Duo sympathoche de chanson française : guitare-chant pour l’un, et clarinette-percu pour l’autre ! Original !
  • Guillaume Chopin et Adrien (the Jacques) : la voix de Guillaume bien posée sur une guitare sèche, Adrien en guitariste soliste pour de petites touches discrètes et efficaces. De jolies chansons. Mon coup de coeur de la soirée !
  • Cherry June : un quatuor à 2 chanteuses un peu délurées, non sans rappeler le duo Brigitte. C’est frais. Les arrangements bien trouvés. Très scénique. Funky !

Ben voilà ! Ca c’était hier soir. A la fin de la soirée, Vincent a eu la bonne idée de faire passer un chapeau (enfin… un saut à champagne…) dans le public pour offrir un petit cachet aux artistes. Sympa et rare dans les scènes ouvertes !

Bref, merci à tout ceux qui étaient là ! En attendant moi j’ai le concert du 13 janvier à l’Abracadabar à préparer alors je retourne à ma guitare, et ce soir, c’est répète avec mes zikos ! Ca va swinguer !

Raph

En tout cas moi j’y pense à la soirée du Fieald au théâtre Trévise

Le théâtre Trévise organise le dimanche soir, depuis maintenant 20 ans les soirée du Fieald, le Festival International d’Expression Artistique Libre et Désordonné.

Le dimanche 28 novembre, j’ai eu la chance d’être sélectionné et de pouvoir jouer devant une salle d’environ 250 personnes.


Voici la vidéo d’En tout cas moi j’y pense

Belle expérience de participer à l’une des plus grosses scènes ouvertes parisiennes !

Raph